On a gagné

Rendant compte de l’atmosphère qui régnait sur la fan-zone de la mairie de Paris après la victoire des Bleus sur l’équipe de Belgique, L’Obs reprend en titre ces mots d’une jeune spectatrice : « C’est comme si on avait gagné une guerre ! »

Le plus important dans cette expression c’est le « comme si ». Notre spectatrice file la métaphore. Cependant sa référence à la guerre renvoie aux sentiments patriotiques dont la coupe du monde a montré l’universalité et la vitalité. Cette dernière tient au fait que l’organisation de la planète en états-nations ne s’est achevée qu’au cours de la seconde moitié du XXième siècle (en 1992 pour la Croatie).

Le sport en général et le ballon rond en particulier se prêtent à toutes sortes d’exploitations (financières, commerciales, politiques, idéologiques, religieuses, etc) et on comprend l’irritation que provoque l’incontinence médiatique.

Mais au delà ou en deça de ces instrumentalisations, l’éruption du sentiment national à laquelle nous assistons est révélatrice de quelque chose de très profond et de réconfortant. Tout se passe comme si les couches populaires se saisissaient de la victoire des Bleus pour dire leur fierté d’être Français et leur aspiration à la grandeur de notre pays.

Impossible de pénétrer en quelques mots la complexité de ce sentiment. Bornons-nous à rappeler quelques évidences qui permettront peut-être de l’approcher. Nous venons tous de quelque part, filles et fils de paysages, de saveurs et de façons de vivre, nés dans une langue appelée « maternelle » et « nationale ». Notre venue au monde nous fait héritier de celui-ci. Bref, il n’y a pas de « je » sans un « nous ». Le « pays » est une figure de ce « nous » et souffrir du « mal du pays » c’est exprimer la profondeur des liens qui nous y attachent.

La persistance et la place singulière de nos souvenirs d’enfance dans notre mémoire ne cessent de nous rappeler le caractère fondateur de ce moment et l’intrication des pensées, des sensations et des affects qui le constituent. Nous nous en détachons pour construire notre vie, mais tout se passe comme si le temps n’avait pas de prise sur sa charge émotionnelle. C’est de ce côté, me semble-t-il, qu’il faut chercher l’origine de cette chose assez mystérieuse qu’on appelle l' »amour de la patrie » et de ce pouvoir de La Marseillaise d’embuer nos yeux.

Une anecdote pour tenter d’éclairer ce que j’essaie de dire. Des amis nés au Portugal mais en France depuis des décennies et parfaitement intégrés, ont vécu un moment d’inquiétude lors de cette coupe du monde, bien qu’assez peu intéressés par le foot. Leur soutien allait, au départ, à l’équipe du Portugal, mais ils redoutaient que le jeu des qualifications ne conduise à une éventuelle confrontation entre elle et l’équipe de France. Ils se seraient trouvés, disent-ils, devant un choix impossible, car ils nourrissent pour ces deux nations un attachement différent mais d’une égale intensité. L’équipe portugaise éliminée, ils sont devenus de très fervents supporters des Bleus.

« On a gagné ! » Plus exactement notre sélection nationale a gagné et c’est à elle que revient le mérite du succès. Le foot est un spectacle qui tire son extraordinaire pouvoir d’attraction de son intense médiatisation, mais également de sa dramaturgie. Celle-ci, bien que très technique, est lisible par tous. L’identification du spectateur aux couleurs de son équipe s’en trouve facilitée et lui permet, à travers celle-ci, de se valoriser sans autre contribution personnelle que ses applaudissements et le concours de sa voix. Le foot est un support fragile et il est prudent de ne pas surestimer les effets collectifs d’une victoire.

 

Publicités

Une réflexion sur “On a gagné

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s